Une mise à jour rapide

La guerre civile en Syrie continue de faire rage, le pays reste un lieu interdit aux touristes. Des mises à jour sur les attractions ci-dessous, qui ont autrefois attiré des millions de touristes dans ce pays, ont été ajoutées à ce guide en 2015 et seront examinées par nos correspondants étrangers lorsque la guerre sera terminée et que la poussière se sera retombée – à tout moment.

Le Crac des Chevaliers

Le Crac des Chevaliers est le château des croisés le plus célèbre du monde et était une place forte des Hospitaliers à l’époque du Royaume latin de Jérusalem (1100-1290). Le château, qui s’élève à une altitude de 670 m, était protégé par des tours de guet et approvisionné en nourriture par la campagne fertile environnante. Le château a bien résisté lors des campagnes militaires précédentes, mais il est malheureusement détruit pendant le conflit actuel.

L’Oronte à Hama

Situé sur l’Oronte, à 45 km de Homs, Hama a mieux résisté que la plupart des villes pendant la guerre civile. Datant d’environ 5 000 ans avant Jésus-Christ, Hams est célèbre pour ses norias, de gigantesques roues hydrauliques en bois, qui sont toujours utilisées pour fournir de l’eau à la ville et pour irriguer les nombreux jardins publics. Les vergers, la Grande Mosquée et le Musée du Palais Al Azem sont également intéressants.

Le Palais Royal de Mari

Le Palais Royal de Mari a été construit par Zimrilim, le dirigeant de cette importante ville-état il y a environ 2 000 ans, et possède 300 chambres et couloirs. Il a été redécouvert au cours de fouilles dans les années 1930, mais a été systématiquement pillé par les militants de l’IS. Le Mari lui-même a été construit à un point stratégique sur les routes commerciales de la République arabe syrienne vers la Mésopotamie. Les plus anciennes ruines de la ville datent de 5 000 ans, mais sont actuellement une zone interdite.

L’ancienne ville d’Alep

Une victime très en vue de la guerre civile, des combats féroces ont eu lieu dans la ville d’Alep, dont une grande partie a été réduite en décombres. La ville contient une citadelle massive, qui se dresse sur le site d’une acropole hittite. Ce site du patrimoine mondial de l’UNESCO est l’un des plus magnifiques exemples d’architecture militaire islamique en Syrie, mais son avenir est décidément incertain.

L’ancienne ville de Damas

L’une des plus anciennes villes habitées du monde, la capitale syrienne s’est bien mieux comportée que d’autres régions du pays pendant la guerre civile, mais la situation sécuritaire y est précaire. En des temps plus paisibles, les visiteurs affluaient dans la ville pour admirer des attractions telles que la mosquée Oumayyade, la mosquée Tikiyeh du XVIe siècle et le palais Al Azem, qui abrite de l’art islamique et d’anciennes copies du Coran. Malheureusement, il s’agira de voir ce qu’il reste après la guerre civile.

L’ancienne ville de Palmyre

Célèbre pour ses anciennes ruines byzantines, Palmyre a été pillée de ses anciens trésors par les militants de l’IS et ses temples (dont le plus célèbre est celui de Baalshamin) ont été victimes de la campagne d’iconoclasme du groupe. Les images satellites suggèrent qu’une grande partie de cette ancienne ville est tombée, mais l’étendue réelle des dégâts ne sera pas connue avant la fin de la guerre. Les minarets de la Mecque

Abritant certains des plus vieux minarets du monde, Bosra est devenue un champ de bataille ces dernières années. Première ville de Syrie à devenir musulmane, elle a servi d’étape sur la route de pèlerinage de la Mecque et a prospéré jusqu’au 17e siècle. A cette époque, la région, comme elle l’est aujourd’hui, devenait peu sûre et les pèlerins ont commencé à emprunter une route moins dangereuse plus à l’ouest.

La ville balnéaire de Lattaquié

Forteresse du président Assad, Lattaquié est située sur la côte méditerranéenne de la Syrie. Autrefois grand lieu de villégiature, la ville se trouve au pied de montagnes boisées, surplombant la plage et le bord des plaines fertiles (également connues sous le nom de « berceau de la civilisation »). On y trouve de nombreuses antiquités, dont le temple de Bacchus en ruine et un arc de triomphe. Avant que la guerre civile n’éclate, les visiteurs venaient en masse en Syrie et l’un des nombreux points forts pour les touristes était d’explorer l’un des nombreux souks (marchés) du pays. L’un des points forts de la visite était d’explorer l’un des nombreux souks (marchés) du pays, en particulier celui d’Alep, composé de 16 km de couloirs bas et sinueux, bordés de boutiques et bouillonnants d’activité. Le Long Souk de Damas était également merveilleux.

Les hammams vaporeux

Même si le pays est en désordre, certaines parties de la Syrie tentent de s’accrocher à un semblant de vie normale. L’une des facettes de la vie locale est de se détendre dans l’un des hammams (bains publics) bien préservés de Syrie.

La « Poire de l’Euphrate »

La ville de Deir ez Zor, autrefois connue sous le nom de « Perle de l’Euphrate », a été le théâtre de violents combats pendant la guerre civile. Les quartiers ont été réduits en décombres et une grande partie de la population a été déplacée. Située sur la rive de l’Euphrate, la ville était vénérée pour ses jardins et ses vergers bien entretenus, qui contrastent magnifiquement avec les teintes dorées du désert et le fil argenté du fleuve.