guide de voyage Sainte-Lucie

Les alizés maintiennent les températures sur le côté droit du soleil de Sainte-Lucie, où les plages de sable blanc, les eaux cristallines et les forêts tropicales somptueuses peignent la quintessence de l’idylle des îles des Caraïbes.

Sainte-Lucie a pour vocation de créer des premières impressions durables : les visiteurs de l’île sont accueillis par la vue inoubliable des monts Piton, bordés de récifs coralliens, de rivages sablonneux et de palmiers ondulants qui s’élèvent majestueusement sur les vagues.

Tandis que d’autres îles des Caraïbes revendiquent des plages tout aussi belles, Sainte-Lucie vous tentera de sortir de la chaise longue et de vous plonger dans l’océan avec sa vie marine abondante et ses récifs exquis, qui sont un terrain de jeu pour les plongeurs et plongeurs tuba. Les eaux de Sainte-Lucie sont également propices à la pratique du kitesurf et de la planche à voile, grâce aux alizés précités.

Mais il ne s’agit pas que de la côte. Un voyage à l’intérieur de l’île offre l’occasion de faire une randonnée à travers les montagnes verdoyantes, de faire de la tyrolienne au-dessus des auvents forestiers et d’observer les sources sulfureuses bouillonner au sommet d’un volcan, le tout en une journée de travail. Si vous avez encore de l’énergie pour une sortie nocturne, il y a des soirées régulières dans le nord de l’île. Les vendredis soirs sont particulièrement animés.

Les visiteurs peuvent y découvrir la saveur décontractée de la vie insulaire, ainsi que le mélange unique d’influences d’Afrique de l’Ouest, d’Europe et d’Inde orientale qui imprègnent la cuisine locale. Sainte-Lucie est également connue pour sa musique folklorique et son festival de jazz et d’arts mondialement connu, qui a lieu chaque année en grande pompe.

L’île possède un patrimoine culturel unique, ayant changé pas moins de 14 fois de mains entre la Grande-Bretagne et la France. Les Britanniques ont finalement perdu le contrôle en 1979, et Sainte-Lucie a obtenu son indépendance. Divers héritages culturels subsistent, des plantations de style colonial qui parsèment le paysage, au patois d’influence française parlé dans tout le pays.

Le résultat est une destination qui captivera les visiteurs longtemps après que les sommets vert émeraude des Pitons aient disparu à l’horizon.