À propos du Timor-Oriental

Suite à son indépendance le 20 mai 2002, le Timor oriental est devenu le seul pays asiatique à être entièrement situé dans l’hémisphère sud.

Les Portugais sont arrivés sur l’île au début du XVIe siècle et, dans les années 1550, ils en avaient occupé la partie orientale. Les Néerlandais ont pris le contrôle de la partie occidentale, qui est devenue une partie des Indes orientales néerlandaises et, après l’indépendance, de l’Indonésie. En 1975, le nouveau gouvernement portugais de gauche a renoncé à toutes ses colonies. Le Timor oriental a alors bénéficié de quelques jours d’indépendance, avant que les Indonésiens ne l’annexent comme leur 27e province. Il y a eu peu de résistance locale et la communauté internationale a largement acquiescé.

Dans la foulée, le principal mouvement indépendantiste a dû faire face à une contre-insurrection sauvage, au cours de laquelle l’armée indonésienne a tué plus de 100 000 Timorais de l’Est. Finalement, un référendum a été proposé au Timor oriental en 1999, et 80% des habitants ont opté pour l’indépendance. De violentes représailles de la part de l’armée ont suivi, mais le pays est finalement devenu indépendant.

L’architecture coloniale, les forteresses portugaises et d’autres trésors de l’occupation portugaise centenaire se trouvent dans tout le pays. Cependant, de nombreuses villes et villages ont été détruits pendant l’occupation indonésienne et les combats de 1999, et ceux-ci ne sont que lentement reconstruits. De nombreuses maisons sont encore érigées sur pilotis de manière traditionnelle, en utilisant des matériaux locaux tels que l’herbe, le bambou, les troncs d’arbres et les feuilles de palmier.

Malgré la tragique histoire récente, les récifs immaculés du Timor-Oriental, les chemins de montagne peu fréquentés et la riche culture traditionnelle qui a perduré malgré la guerre en font un véritable joyau caché. Les randonnées dans les collines vous amèneront dans des grottes de jungle d’un autre monde, tandis que l’exploration de colonies loin de la capitale Dili vous donnera un avant-goût de la vie de village. Bien loin des sentiers battus, le Timor-Oriental est encore en train de se remettre sur pied, mais c’est une destination brute et irrésistible.