À propos du Laos

Le Laos – officiellement connu sous le nom de République démocratique populaire lao – est l’une des grandes frontières du voyage ; enclavé et montagneux, submergé par la jungle et prometteur d’aventures à la Indian Jones dans des villages tribaux isolés et d’anciennes grottes bouddhistes.

Avec la Thaïlande d’un côté et le Vietnam de l’autre, on pourrait s’attendre à ce que le Laos soit un pays commercial et surpeuplé, mais c’est l’arrière-pays de l’Asie, où la vie se déplace aussi lentement que les eaux bouillonnantes du Mékong, qui forme la frontière avec trois pays – Myanmar, Thaïlande et Cambodge – alors qu’il serpente vers le sud en direction du Golfe de Thaïlande.

Une longue guerre civile – au cours de laquelle les États-Unis ont largué des millions de bombes sur le Laos – a tenu le pays à l’écart du circuit touristique principal pendant de nombreuses années. Les munitions non explosées et les mauvaises infrastructures continuent de poser un défi au tourisme, mais chaque année apporte une nouvelle récolte de logements haut de gamme qui viennent compléter les auberges de jeunesse existantes pour les routards – le Laos trouve enfin ses marques. L’écotourisme semble être son atout, emmenant les visiteurs dans des villages tribaux isolés et dans des parcs nationaux vierges regorgeant d’une faune étrange et merveilleuse.

Malgré cette situation difficile, la capitale, Vientiane, se sent remarquablement cosmopolite, aidée en cela par une culture du café héritée de l’époque où elle faisait partie de l’Indochine française. Autour de ses rues agréablement délavées et ombragées par les palmiers, on trouve des ruines anciennes, des stupas étincelants et de gracieux bâtiments coloniaux.

L’atmosphère décontractée et l’absence relative de développement moderne font du Laos le pays le plus authentique et le plus préservé d’Asie du Sud-Est, bien qu’il soit en concurrence avec son voisin, le Myanmar, pour ce titre. Le Laos est également l’un des rares pays communistes qui subsistent dans le monde – ce qui devrait être évident au vu de la paperasserie bureaucratique et des étoiles rouges omniprésentes sur les uniformes et les bâtiments de l’État.

Jusqu’en 1988, les touristes étaient interdits au Laos, mais il est désormais possible de voyager dans tout le pays. Néanmoins, il y a peu de lieux touristiques très fréquentés, à l’exception peut-être du monastère de Luang Prabang et de la station balnéaire de Vang Vieng. Partout où vous irez au Laos, vous découvrirez la délicieuse cuisine laotienne : un peu française, un peu sud-est asiatique, et parfaitement arrosée d’une bouteille de Beer Lao.