guide de voyage Soudan

Le Soudan n’est guère votre destination touristique par excellence, mais derrière les titres peu recommandables se cache un pays d’une beauté naturelle exquise, d’anciennes attractions historiques et des habitants bien versés dans l’art de l’hospitalité.

Vaste pays, trois fois plus grand que le Texas, le Soudan est autant un pays de gens que de merveilles naturelles ou artificielles. C’est un pays où les voyageurs peuvent apprendre plus en buvant des smoothies fraîchement préparés avec les habitants de Khartoum (le Soudan est officiellement sans alcool) qu’en visitant un des excellents musées de la capitale.

Ville relativement jeune, Khartoum a été construite en 1821 au confluent du Nil Bleu et du Nil Blanc alors que le pays était dirigé conjointement par la Grande-Bretagne et l’Egypte. L’histoire et le traditionalisme bousculent la modernité dans la ville, où l’architecture islamique classique aux teintes d’ocre rouge se dresse aux côtés des gratte-ciel modernes en verre et en acier payés par les champs de pétrole du pays (qui ont été pour la plupart perdus avec l’indépendance du Sud Soudan en 2011).

Des siècles avant la domination coloniale, le Soudan se composait d’une série de cités-États. L’une des plus durables a été Meroë, qui se trouve à quelque 200 km (125 miles) au nord-est de Khartoum. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette ancienne ville abrite plus de 200 pyramides aux flancs abrupts, qui ont été construites sous forme de mausolées royaux élaborés. Ils surgissent des dunes de sable du désert de Nubie et datent de 300 avant J.-C. à 300 après J.-C., époque à laquelle le royaume était le plus puissant.

A visiter absolument, le désert de Nubie – en réalité une partie du Sahara – offre une solitude et une beauté naturelle intacte qui s’étend vers l’est jusqu’à la mer Rouge et Port Soudan, le centre de la scène de plongée en plein essor du Soudan.

L’un des pays les moins visités d’Afrique de l’Est, mais l’un des plus amicaux, le Soudan a un mélange magique d’histoire, de tradition et de modernité qui dément son statut d’État paria.